Antoine et Amaury : des globacteurs à la recherche de solutions durables pour l'environnement

Publié le par Ronny LOUINEAU

Depuis maintenant plus de 6 mois, Antoine SEBASTIANUTTI et Amaury JASKOWIEC, originaires de Fontenay, font le tour du monde afin de trouver des solutions s'inscrivant dans la dynamique du développement durable tout en intégrant les aspects économiques, écologiques et sociaux.

Une école construite avec des bouteilles plastiques remplies de déchets - Hacienda Merida, Nicaragua. An centre de la photo Amaury et à droite Antoine.

Une école construite avec des bouteilles plastiques remplies de déchets - Hacienda Merida, Nicaragua. An centre de la photo Amaury et à droite Antoine.

Actuellement au Pérou, nos jeunes globacteurs seront prochainement en Bolivie puis viendra l'Argentine et le Chili en août. Ils seront rejoint pendant un mois par Benjamin VERGNAUD, resté en France, qui assure de son côté les relations avec les partenaires de cette aventure hors du commun.

Avant leur arrivée en Amérique Latine, leur aventure a débuté par l'Asie avec l'Inde, le Népal, la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, la Malaisie et les Philippines suivis par l'Amérique Centrale avec le Guatemala, le Nicaragua et pour finir, le Costa Rica.

Des rencontres avec les acteurs locaux : enrichissantes pour l'environnement, enrichissantes pour l'humain.
Des rencontres avec les acteurs locaux : enrichissantes pour l'environnement, enrichissantes pour l'humain.
Des rencontres avec les acteurs locaux : enrichissantes pour l'environnement, enrichissantes pour l'humain.
Des rencontres avec les acteurs locaux : enrichissantes pour l'environnement, enrichissantes pour l'humain.

Des rencontres avec les acteurs locaux : enrichissantes pour l'environnement, enrichissantes pour l'humain.

Souhaitant s'imprégner des cultures locales et des pratiques environnementales, Antoine et Amaury vont à la rencontre des acteurs locaux et des solutions qu'ils mettent en oeuvre afin de faire face aux problématiques liées au traitement des déchets.

Les rendez-vous sont pris avec les entreprises et les ONG grâce à internet mais surtout avec le bouche à oreille dans les pays les plus pauvres, là où le web reste encore assez confidentiel.

Du compost, fruit des excréments des lombrics en passant par le patron d'un hôtel qui oblige ses employés à ramener leurs déchets conditionnés en bouteilles plastiques à chaque jour de paie, bouteilles qu'il utilise ensuite pour construire des écoles dispensant une éducation gratuite aux enfants de son village, les solutions originales ne manquent pas !

Ainsi du chauffe-eau solaire ultra simple et très efficace à l'ONG qui développe un programme d'éducation environnementale toutes les solutions pragmatiques trouvent un écho auprès des populations et quel que soit le pays.

Après ces quelques mois d'aventure(s), le retour se prépare avec au programme des conférences auprès des grandes écoles et en entreprise.