Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

10 articles avec histoire urbaine

Fontenay d'hier à aujourd'hui : épisode IV

Publié le par Ronny LOUINEAU

Fontenay le Blog vous propose le 4ème épisode de sa série "Fontenay d'hier à aujourd'hui". Comparaisons entre cartes postales d'hier et photos d'aujourd'hui, entre grands changements et petits détails, partez à la découverte des évolutions de notre ville.

 

Vous pouvez faire défiler les images à votre convenance en passant votre souris sur le diaporama ou bien en cliquant dessus pour passer en mode plein écran.

Photos : Thierry Delmarre - Mise en page et rédaction : Ronny Louineau

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Saint Médard : l'histoire d'une zone d'activité de 1974 à 2011

Publié le par Ronny LOUINEAU

DSC07476En 1968, Fontenay et Charzais fusionnaient permettant ainsi à la ville d'accueillir un nouveau quartier résidentiel : Les Moulins. La fusion avec la commune de Saint Médard des Prés en 1972 quant à elle, marquera une orientation plus économique des surfaces dégagées. En décembre 1974, le conseil municipal décide la création de la zone industrielle de Saint Médard, la zone de la route de Niort, créée dans les années 60, étant entièrement occupée. Les industries s'implanteront principalement le long du boulevard des Champs Marot (Simmoneau Marine, Hydroland, Horo-quartz, Albatros...) mais aussi au Moulin de la Groie (Cantreau).

DSC06307Les années 90 : un second souffle pour la zone

1990 : la ville, disposant encore de  la compétence économique, met en place un schéma d'aménagement complémentaire de la zone. Cette extension, permet, dans le texte, l'accueil d'activités commerciales et d'industries légères et non polluantes. Ce projet est motivé par l'arrivée prochaine de l'A83 et la proximité immédiate de la rocade. La zone s'étend sur 62 hectares


1991 : construction du rond point de la Libération, accès principal de la zone. 

1992: ouverture de la concession Renault, après plusieurs refus de la commission départementale d'urbanisme commercial et des difficultés archéologiques, Intermarché quitte enfin la place de Verdun pour ouvrir un nouveau magasin, plus accueillant, à Saint Médard.

1996: ouverture de Gamm Vert en avril

1999: le géant américain de la restauration rapide arrive à Fontenay, Mac Donald ouvre un restaurant sur le parking d'Intermarché. La zone de Saint Médard draine alors la majorité des demandes d'implantations sur Fontenay. Supersport et Casa sont demandeurs, les seconds préféreront finalement la zone des Trois Canons.

2000-2010 : une organisation commeciale tripolaire

DSC07470Les années 2000 marqueront l'implantation de nouvelles enseignes : Bricomarché, Point P, Rexel, Leader Price, King Jouet, La Halle, La Foirfouille, Défimode, Biocoop, Fiat, Koodza... Ces implantations associées à la présence d'entreprises artisanales permettent un équilibrage entre les trois pôles commerciaux de la ville : le centre ville, les Trois Canons et Saint Médard. Intermarché change d'enseigne et devient Hyper U.

Et demain ?

Dans son édition du 2 février 2011, le journal Ouest France faisait écho au désarroi de certains commerçants situés rue Louis Auber, ces derniers mettant en cause l'aménagement global et la signalisation de la zone. A supposer que ces deux points ne soient pas totalement étrangers au problème, l'enjeu principal est bien de faire venir le client dans le magasin et toute la difficulté du commerce d'aujourd'hui, entre cyber commerce et concurrence des territoires, est bien là !

PHOTOS-IV 0321  PHOTOS-IV 0322  PHOTOS-IV 0324 Cliquez sur les photos pour les agrandir

La signalétique mise en place l'an dernier est organisé autour de synoptiques reprenant l'intégralité des entreprises du pôle d'activité et orientant les usagers via une signalisation directionnelle mentionnant les noms de rues.

ZONE DE SAINT MEDARDLes projets à venir :


Depuis le schéma d'aménagement imaginé au début des années 1990, toutes les infrastructures prévues ont été réalisées. L'aménagement du Pôle du Seillot constitut le premier maillon de la liaison entre les zones de Saint Médard et de la route de Niort : à terme, un giratoire sera aménagée route de Maillezais et la connexion avec l'allée du Puits réalisée. Autre aménagement attendu, celui des bretelles de l'échangeur de la RD 148 avec la RD 23 permettant un accès complet à la rocade. Pour finir le centre de secours rejoindra les Champs Marot et un giratoire sera aménagé avec l'Avenue Mitterrand pour en faciliter l'accès mais surtout optimiser la desserte de la zone de Saint Médard et ses 92 hectares.
DSC07463  DSC07458  DSC07461

La dernière extension en date de la zone va accueillir prochainement un magasin d'articles de pêche alors qu'un bâtiment est en construction impasse du Vigneau et donnant rue François Roy.

Photos et infographie : Ronny Louineau - Vue aérienne : Google Earth

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fontenay d'hier à aujourd'hui : Episode III

Publié le par Ronny LOUINEAU

Pour marquer la nouvelle année, Fontenay le Blog vous offre le 3ème et dernier volet, pour le moment, de sa série "Fontenay, d'hier à aujourd'hui". Du passage de l'Industrie à place de Verdun en passant par le jardin des Jacobins comparez le Fontenay de nos anciens à celui de nos contemporains.

Pour découvrir les 20 nouvelles comparaisons... cliquez !

1Z - FHA - ANCIEN COLLEGE VIETE

Pour connaître le mode d'emploi du diaporama... cliquez !

Photos : Thierry Delmarre - Mise en page : Ronny Louineau
Collections cartes postales : Thierry Delmarre & Ronny Louineau

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

D'hier à aujourd'hui découvrons Fontenay : épisode 2

Publié le par Ronny LOUINEAU

Devant le succès remporté par notre premiere série de comparaisons entre cartes postales anciennes et photos d'aujourd'hui, nous vous proposons cette semaine le second volet de notre "saga".
Si vous même vous êtes en possession de photos ou cartes postales anciennes, n'hésitez pas à nous contacter !  

Cliquez ici pour voir les 20 nouvelles comparaisons !

Pour vous faciliter la navigation, cliquez ci-dessous pour consulter le mode d'emploi de l'album photos :

DIAPORAMA - MODE D'EMPLOI
Photos : Thierry Delmarre - Mise en page : Ronny Louineau
Collections cartes postales : Thierry Delmarre et Ronny Louineau

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

D'hier à aujourd'hui, découvrons Fontenay

Publié le par Ronny LOUINEAU

Véritable témoignage des époques passées, les cartes postales, révèlent une multitudes de détails sur l'urbanisme, l'habillement, le commerce, les transports... Aujourd'hui, nous vous proposons le premier volet d'une série permettant de comparer le Fontenay d'hier à celui d'aujourd'hui.

FHA -HOTEL DE VILLEThierry Delmarre, photographe émérite (et surtout bénévole !) de Fontenay le Blog, a pris Fontenay en photo sous le même angle que celui des cartes donnant un regard intéressant sur l'évolution de notre ville.


Pour accéder aux 20 premières photos de la série cliquez ici
 

Photos : Thierry Delmarre - mise en page Ronny Louineau
Collections cartes postales : Thierry Delmarre & Ronny Louineau

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rocade de Gaulle : la transformation d'une avenue...

Publié le par Ronny LOUINEAU

DSC06243Depuis sa mise en service complète en 1974, l'avenue du Général de Gaulle, a connu des évolutions mais force est de constater que le rythme s'est considérablement accéléré depuis 2009.

Cliquez sur les photos pour les agrandir


PLAN-ROCADE-1966.jpgChronologie d'une rocade annoncée

1966: le conseil municipal décide lors de ses réunions du 24 janvier et 18 avril,  la construction d'un 3e pont sur la Vendée (le Pont du Chail)  qui permettra le passage d'une voie AVENUE-DU-GENERAL-DE-GAULLE.jpgnouvelle à 2 x 2 voies avec terre plein central allant jusqu'au chemin de l'Abattoir. Cette première tranche se fera avec un manque évident de perspective quant au tracé qui devra la prolonger jusqu'à la route de Nantes.

1974 : Les études et les travaux auront raison de ces doutes et la rocade sera mise en service à l'occasion du week-end de la Pentecôte 1976. Dans un premier temps, seule la voie intérieure est ouverture à la circulation à double sens. La mise en service complète à 2 x 2 voies aura lieu quelques semaines plus tard et après de nombreux accidents dont certains corporels. A noter que l'arrêté municipal interdisait le stationnement des véhicules hippomobiles...

1977: la nouvelle piscine municipale ouvre ses portes dans la plaine des sports maintenant desservie par l'avenue du Général de Gaulle tout comme le commissariat de police qui quitte ses locaux vétustes de la rue Clemenceau pour des bureaux fonctionnels. Parallèlement les anciens abattoirs sont démolis.

1979 :un millier de peupliers d'Italie sont plantés en périphérie de la plaine des sports et le long de l'avenue en partenariat avec le CMFP,

1981
: en septembre, le nouveau collège Viète ouvre ses portes. Dans un même temps la rue Gérard Guérin relie la rocade à la rue Robert Bonneau améliorant ainsi la desserte du quartier du Puits Saint Martin. Les travaux de la salle de la Grande Prairie débutent.

1986: le centre Leclerc quitte la rue Kléber pour rejoindre la zone des 3 canons marquant le début du développement commercial de ce secteur de la ville. Construction du rond-point de Krotoszyn.

1990: avec la mise en service de la "grande rocade" (RN 148) en 1986, l'avenue du Général de Gaulle perd sa vocation première de voie de contournement pour devenir une voie de desserte. Les premiers aménagements de sécurité sont réalisés entre le pont du chail et la plaine des sports : réduction de 2 à 1 voie, bande cyclable,

1992
: Dans ses nouveaux locaux de la zone d'activités la clinique de l'Union Chrétienne devient la clinique Sud Vendée.

1993 : Construction du rond-point de la Plaine des Sports (rond point de Diosig) et d'une voie réservée au bus pour leur faciliter l'accès au collège. Ces travaux s'inscrivent dans le cadre de la modification du plan de circulation des transports scolaires suite à l'ouverture de l'aire d'embarquement Coindeau.

1994
: la rocade accueille les championnats de France de cyclisme sur route, pour l'occasion, le conseil général renouvelle le tapis d'enrobé.

1996: la ville aménage des tournes à gauche au niveau de la rue de Grissais et du chemin de la Baraque,

2004: ouverture du Pôle Santé Sud Vendée

2009: la ville profite des travaux de renouvellement de l'enrobé pour expérimenter des carrefours giratoires (rue de Grissais - chemin de la Baraque). La signalisation horizontale est modifiée : une bande cyclable est créée du rond-point de Diosig à celui de Krotoszyn.

2010
: installation de l'éclairage public entre la plaine des sports et la zone des 3 canons. Le principe des carrefours giratoires testés depuis 2009 est validé : les travaux de voirie auront lieu en mai. Coup d'envoi des travaux du pôle d'échanges multi-usages. Les peupliers plantés en 1979, arrivés à maturité, sont abbatus et laissent place une belle perspective dégagée. 

DSC03358  DSC06251  DSC03372  DSC03368
Du rond-point de l'Europe au pont du Chail, l'avenue du Général de Gaulle est passée du statut de rocade à celui  de desserte : centre hospitalier, zone commerciale, plaine des sports, pôle d'échange multi-usages, zones résidentielles, collège Viète, stade Emmanuel Murzeau... tous bénéficient de cette voie structurante,

 P1010949 DSC03370  DSC04833  DSC06239  
En à peine un an, l'éclairage public a été installé, les ronds-points expérimentés et construits, la bande cyclable et le trottoir réalisés,
PHOTOS-III 1629 DSC04958 DSC06234  DSC06247  DSC06249
Commencés en juin 2010, les travaux du pôle d'échange auront transformé cette partie de la ville en offrant un nouveau panorama sur le centre ville et Notre Dame. La noue paysagère, visible sur la photo, recueillera les eaux de ruissellement de la voirie du pôle et assurera une filtration naturelle. Le nouveau giratoire optimise la desserte du collège Viète et permet une nouvelle approche des accès à la plaine des sports tout en maintenant une traversée sécurisée des élèves,

P1050998  P1060002  DSC06228  DSC06227  DSC04961  DSC06230
Opération spectaculaire, l'abattage des peupliers, libère l'avenue de son carcan végétal et permet de découvrir les espèces variées qui vivaient dans l'ombre des grands "italiens". Tous les arbres, dont certains été malades, ont été revalorisés sur place.

Photos : Thierry Delmarre - Ronny Louineau
Infographie : Ronny Louineau - Photos aérienne : Google Earth - Carte projet initial rocade : bulletin ville de Fontenay 1966

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Autrefois... La Chapellerie

Publié le par Thierry DELMARRE & Ronny LOUINEAU

Dans le Quartier de la Sablière, deux rues portent des noms qui rappellent la riche activité industrielle du quartier : la rue de la Chapellerie et la rue de la Sémousseuse.

Autrefois... La ChapellerieAutrefois... La Chapellerie

La première chapellerie de Fontenay a été construite en 1765 rue des Loges par Jean GANDRIAU et compte 70 ouvriers mais pour faire face à l'accroissement de la demande le transfert à la Sablière est décidé et le nouvel atelier sera opérationnel en 1842, Jacques GANDRIAU en assurera la direction jusqu'en 1854 date à laquelle Sigisbert GANDRIAU prendra en main la destinée de l'entreprise familiale.

L'atelier de la rue de la Sablière connaitra des transformations en 1855 et 1869. Cette dernière date marquera l'entrée de l'entreprise dans l'ère industrielle. Equipée principalement de machines importées d'outre Manche, l'usine tourne à plein régime : à l'époque, chapeaux en laine, en lapin ou en lièvre ont le vent en poupe ! Pas moins de 680 000 chapeaux sortent de la chapellerie en 1867 qui emploie 300 ouvriers.

Bien que l'architecte de l'usine ne soit pas réellement identifié, les caractéristiques de la construction laissent penser que le fontenaisien Arsène CHARRIER en soit l'auteur ; ce dernier fût l'architecte de la commune à partir de 1866.

En 1931, un incendie ravage l'usine et sonne le glas de l'entreprise dont les bâtiments seront rasés quelques temps après.

 

 Les rues de la Chapellerie et de la Sémousseuse rappellent l'ancienne activité industrielle du quartier. Sur les factures, l'usine fumante et les différents prix obtenus lors de concours font la fierté de la manufacture. Les rues de la Chapellerie et de la Sémousseuse rappellent l'ancienne activité industrielle du quartier. Sur les factures, l'usine fumante et les différents prix obtenus lors de concours font la fierté de la manufacture.
 Les rues de la Chapellerie et de la Sémousseuse rappellent l'ancienne activité industrielle du quartier. Sur les factures, l'usine fumante et les différents prix obtenus lors de concours font la fierté de la manufacture.

Les rues de la Chapellerie et de la Sémousseuse rappellent l'ancienne activité industrielle du quartier. Sur les factures, l'usine fumante et les différents prix obtenus lors de concours font la fierté de la manufacture.

Des constructions témoignent de cette époque (de gauche à droite) les bâtiments occupés par EDF et GDF sont respectivement sur les anciennes emprises de la Chapellerie et de l'usine à gaz. Les GANDRIAU avaient construit des logements pour leurs ouvriers (rue de la Fuie Champanaie) et Sigisbert GANDRIAU avait sa résidence à proximité de la Chapellerie.Des constructions témoignent de cette époque (de gauche à droite) les bâtiments occupés par EDF et GDF sont respectivement sur les anciennes emprises de la Chapellerie et de l'usine à gaz. Les GANDRIAU avaient construit des logements pour leurs ouvriers (rue de la Fuie Champanaie) et Sigisbert GANDRIAU avait sa résidence à proximité de la Chapellerie.
Des constructions témoignent de cette époque (de gauche à droite) les bâtiments occupés par EDF et GDF sont respectivement sur les anciennes emprises de la Chapellerie et de l'usine à gaz. Les GANDRIAU avaient construit des logements pour leurs ouvriers (rue de la Fuie Champanaie) et Sigisbert GANDRIAU avait sa résidence à proximité de la Chapellerie.Des constructions témoignent de cette époque (de gauche à droite) les bâtiments occupés par EDF et GDF sont respectivement sur les anciennes emprises de la Chapellerie et de l'usine à gaz. Les GANDRIAU avaient construit des logements pour leurs ouvriers (rue de la Fuie Champanaie) et Sigisbert GANDRIAU avait sa résidence à proximité de la Chapellerie.

Des constructions témoignent de cette époque (de gauche à droite) les bâtiments occupés par EDF et GDF sont respectivement sur les anciennes emprises de la Chapellerie et de l'usine à gaz. Les GANDRIAU avaient construit des logements pour leurs ouvriers (rue de la Fuie Champanaie) et Sigisbert GANDRIAU avait sa résidence à proximité de la Chapellerie.

Vue aérienne : Google Maps - Photos et infographie : Ronny LOUINEAU

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les Moulins : 40 ans d'histoire urbaine

Publié le par Ronny LOUINEAU

LES-MOULINS.jpgEn 1961, la zone industrielle de la route de Niort est commercialisée et accueille rapidement de nouvelles entreprises. En 1968, 650 emplois sont donc présents dans cette zone (Daidie, Dandurand, Rougier, Guichard, Biraud Transformateurs...) et la tendance se confirmera dans le temps avec l'arrivée au début des années 70 de SKF.

Parallèlement, les fontenaisiens aspirent, comme leurs contemporains, à de nouvelles conditions de logement plus modernes et plus confortables. La fusion avec la commune voisine de Charzais en 1967 avec la mise à disposition de fait d'un foncier non bâti important a été une réelle opportunité d'urbanisation de la ville vers l'est.

En 1976, la réalisation effective de 600 logements neufs (individuels et collectifs) et l'ouverture du groupe scolaire Constantin Bouron aboutit à la création d'une zone d'aménagement concerté. La Z.A.C, fixe les règles du développement de ce quartier à l'époque démuni des équipements de base. Parmi les premières décisions, la création d'un entre commercial et d'une voie nouvelle (actuel boulevard Pompidou) devant assurer la desserte du tout nouveau collège Tiraqueau et de la halle sportive construite en 1975. Toujours à cette époque, les travaux de voirie donneront aux habitants un confort de vie qui faisait cruellement défaut.

C'est en 1978 que le centre commercial ouvrira ses portes. Bureau de poste, bar-tabac, épicerie, agence bancaire, charcuterie, mercerie et poissonnerie composent ce nouvel équipement central du quartier. Toujours en 1978, l'ouverture du terrain d'aventures mais surtout l'arrivée du téléphone automatique, avec la construction de 2800 lignes, changeront la vie des habitants qui n'auront plus à aller chez le concierge pour téléphoner en cas d'urgence. 1978 c'est aussi la construction du groupe scolaire Robert Massé, construction provisoire qui devait durer 20 ans ! Quelques années plus tard, le centre social Jean Jaurès verra le jour à proximité de la maison des jeunes.

En 1981, l'aménagement de la rue du Moulin Fradet et l'aménagement du carrefour de l'Ouillette offrent au quartier une vraie desserte. En 1990 le conseil municipal décide la création d'un parc urbain de 5 hectares véritable coulée verte entre barres verticales et maisons individuelles. En 1998, les élèves de Robert Massé quittent leurs locaux vétustes pour rejoindre leurs petits camarades de Constantin Bouron dans une école agrandie et modernisée : le groupe scolaire Bouron-Massé.

En 2004, le centre aquatique Océanide ouvre ses portes entre le centre social et le collège Tiraqueau : bassins ludiques et sportifs, sauna, hammam, jacuzzi, espace balnéo recoivent un public de tous âges.

Plus récemment, à l'initiative du conseil municipal des jeunes, un terrain multisports voit le jour rue  du Gaingalet. Aujourd'hui, c'est le centre commercial qui est au centre de toutes les attentions : ouverture d'une permanence municipale et ouverture d'une agence postale à l'initiative du conseil municipal. Les abords connaissent également des travaux avec un réaménagement du parking et le renouvellement de l'éclairage public. Ces  investissements doivent rendre à ce lieu sa vocation initiale de centre vivant du quartier.

En 40 ans, le quartier à donc connu des évolutions qui en font un quartier parfaitement intégré dans la vie de la cité.

DSC03572  DSC03579  PHOTOS-DIVERS 0937 Cliquer sur les photos pour les agrandir

Les tours des Moulins, le parvis du centre commercial en travaux et le nouvel éclairage

DSC03571  DSC03573  DSC03578  DSC03577

Le groupe scolaire Bouron Massé, le centre aquatique Océanide,  le centre social Jean Jaurès et le terrain multisports

DSC03592  PHOTOS-DIVERS 0705

Le collège Tiraqueau, un collège à la campagne et le château d'eau de Charzais lors de son lifting de 2008

Vue aérienne : Google Maps - Photos et infographie : Ronny LOUINEAU

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chamiraud-Grissais : un quartier aux multiples facettes

Publié le par Ronny LOUINEAU

CHAMIRAUD GRISSAIS - PLAN

Chamiraud-Grissais, quartier ouest de la ville de Fontenay le Comte, à connu depuis sa création une vraie explosion tous azimuts aussi bien du point de vue du logement que des activités socio-économiques.

Le réel essor du quartier a commencé dans les années 1960 avec la construction de logements collectifs et l'ouverture à la rentrée 1968 du lycée Rabelais puis en 1974 l'ouverture de l'école Robert Bonneau.

En 1976, c'est l'ouverture de l'avenue du Général de Gaulle dans son intégralité. A l'époque il s'agit d'une voie rapide de contournement devant décongestionner le centre ville en période estivale. Les années ont passées et l'ouverture de la déviation de la RN 148 avec par la suite un échangeur desservant le quartier a, de fait, requalifié l'avenue du Général de Gaulle en voie urbaine qui assure une desserte optimale de la zone d'activités des 3 Canons.

A ses débuts la zone d'activités reçoit un motel à proximité du rond-point de l'Europe. Mais le vrai coup de "booster" viendra avec l'installation de l'Hypermarché Leclerc. Les entrepreneurs ne s'y trompent pas et s'installent à leur tour dans cette zone rapidement arrivée à saturation. La clinique Sud Vendée s'y installera en 1992 et sera rejointe en 2004 par le centre hospitalier pour créer un site unique (en son genre et à l'époque) de soins.

Parallèlement, l'habitat résidentiel individuel se développe (rue de Grissais, rue Fernand Braud, chemin de la Baraque, rue Mercier du Rocher...) et le petit collectif aussi (résidences Debussy et du Rocher).

En 2009, la municipalité engage une réflexion sur l'aménagement des carrefours sur l'avenue du Général de Gaulle et aménage des carrefours giratoires provisoires. Ces derniers seront pérennisés prochainement et une bande cyclable ainsi que l'éclairage public ont trouvé leur place sur cette artère majeure de la cité.

Pour finir, l'on peut donc dire que Chamiraud Grissais à toutes les caractéristiques d'un quartier dynamique et attractif : habitat diversifié gage d'une bonne mixité sociale, commerces et services ainsi qu'une excellente desserte routière.

 

DSC03350   DSC03351   DSC03359        

Cliquer sur les photos pour les agrandir

Le centre hospitalier et la clinique Sud Vendée forment depuis 2004 le Pôle Santé Sud Vendée. Le lycée Rabelais aura été le premier élément structurant du quartier.      

 

DSC03368   DSC03361   DSC03354   DSC03381

La résidence du Rocher, la Grange Parenteau et son square, la résidence Debussy et la rue Mercier du Rocher : quelques aspects du logement de Chamiraud-Grissais

DSC03389   DSC03377   DSC03386  

L'emblématique et connu chemin de la Baraque, l'avenue du général de Gaulle et l'échangeur de la RD 148 assurent en partie la desserte du quartier

Crédits photos : vue aerienne du quartier Google Maps - photos  et infographie : Ronny LOUINEAU

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Découvrez la Place de Verdun autrefois

Publié le par fontenaylecomte.over-blog.com

PLACE DE VERDUN - GARE ROUTIERE II
Faites un retour en arrière en découvrant la place de Verdun autrefois au travers des cartes postales d'époque.

Publié dans Histoire urbaine

Partager cet article

Repost 0

commentaires